Fiertel

fiertelommegang

Le Grand Tour de Saint-Hermès

Au Moyen-Âge, des malades mentaux issus des quatre coins du pays se rendaient en pèlerinage à Renaix, afin de trouver la guérison auprès de leur patron saint Hermès. Une seule condition : fournir un effort physique. C’est ainsi qu’est né le Grand Tour de Saint-Hermès (Fiertelommegang), une procession annuelle de 32,6 km.

Le dimanche après la Pentecôte, le reliquaire de saint Hermès est porté – sonneur en tête – le long d’un large cercle tout autour de Renaix. Ainsi, toute personne qui se trouve à l’intérieur de ce cercle est protégée contre les maladies mentales et diverses autres affections. Aujourd’hui encore, plus de 5 000 Renaisiens enthousiastes et sympathisants participent au Grand Tour de Saint-Hermès. Pour la plupart d’entre eux, les activités débutent dès 7 heures du matin, par une messe solennelle où, tradition oblige, le bourgmestre demande au doyen l’autorisation d’emmener le reliquaire. Entre-temps, une foule de gens se sont massés sur le Petit Marché, devant l’entrée de l’église, et la procession peut démarrer. Le reliquaire arrive sur un bard porté sur les épaules de quatre personnes. Le cortège est mené par le sonneur, qui donne la cadence à l’aide de deux cloches. Les notables de la ville montent dans des calèches et la longue file de pèlerins entame la côte pentue de la Kruisstraat, en direction du Muziekbos. La procession passe par la chapelle de Lorette, longe Ellezelles, puis emprunte des chemins non revêtus en direction de Saint-Sauveur, Wattripont et Russeignies. Il est alors environ midi et 25 kilomètres ont déjà été parcourus. C’est le moment de reprendre des forces pour les derniers kilomètres. Via le moulin de l’Hotond, les milliers de pèlerins reviennent à Renaix avec le reliquaire en passant par la Kruisstraat. Avant que le reliquaire ne reprenne sa place dans l’église, un défilé historique et haut en couleur dépeignant la vie d’Hermès et le passé de Renaix clôt la procession sur une note festive.